Accueillir ce qui est, mon expérience concrète

 

Accueillir ce qui est ? Ca me plait … en théorie !

 

J’ai toujours été d’accord dans ma tête avec ce principe de vie. Je l’ai également largement enseigné.
J’aime beaucoup l’adage
« Ce à quoi tu résistes persiste
Ce que tu embrasses s’efface »
Mais spontanément, je suis plutôt une résistante ou une réactive et parfois révoltée.
Je ne laisse pas les choses aller à vau-l’eau. Je cherche à tirer le meilleur de chaque circonstance de la vie, à voir le positif, à visualiser la réussite.
Parfois, les événements me résistent, comme par exemple dans l’éducation des enfants lorsqu’il faut que j’accepte que mes enfants  prennent des voies qui me paraissent des erreurs.
Comment accueillir cela ? Par respect pour eux mais j’ai du mal, c’est vraiment difficile pour moi.

Je n’écris pas cela pour vous raconter ma vie. Je le fais parce que je me dis que je ne suis peut-être pas la seule et qu’on peut y réfléchir ensemble.

 

Sidération

 

En théorie, je sais bien qu’on n’est pas tout puissant.
Mais en pratique, je ne l’accepte pas toujours.

Depuis plusieurs mois, je subis des problèmes de santé pénibles et parfois graves et comme d’habitude je me bats efficacement our améliorer la sitation.
Jusqu’au dernier en date où j’ai appris qu’une opération (qui m’avait beaucoup fait souffrir ) avait échoué et qu’il fallait me réopérer et tout recommencer.
J’ai senti alors le plafond me tomber sur la tête.
S’il y a bien une chose que j’exècre par dessus tout, c’est la souffrance physique.
Et je suis ressortie du cabinet du médecin en titubant, ne sachant retrouver ma voiture, ne sachant plus ni le jour ni l’heure.

Mais passé le temps de la sidération et du repli sur moi, j’ai vite compris que j’avais subi trop de dommages en un an pour ne pas tirer un enseignement de cela.

Et dans le fond de mon coeur, une petite voie s’est levée : Et si tu essayais d’accueillir ce qui est ?

Lacher prise
Image Pixabay

Et accueillir ce qui est, c’est aussi lâcher ce que j’aurais voulu à la place …

 

Action

 

Je n’ai pas dit oui tout de suite.
J’ai dit oui seulement lorsque je me suis aperçue que je n’avais aucun autre choix.
Evidemment, j’ai tout d’abord mis en route ce que je pouvais en rencontrant d’autres professionnels de santé,  appelé mes amis et ma famille (pour me plaindre), je me renseignée sur ce qui s’était passé et ce qui allait m’arriver.

J’ai aussi prié, et j’ai respiré.
Je suis allée marcher au milieu des arbres.
Et j’ai fait un peu de shopping.

Mais au bout de 3 jours, je ne savais plus quoi faire.

 

Accueillir ce qui est … Comment ?

J’ai vite compris que je n’y arriverai pas si :

  • Je focalisais sur mon seul problème de santé. Ce serait alors une marche trop haute. J’ai compris qu’il fallait que je m’entraîne sur tout, les bons et les difficiles événements de ma vie.
  • Je restais trop seule dans cette aventure.
    Or, deux de mes copines venaient de lancer un défi sur Facebook dans des domaines très différents. L’idée a alors germé de me lancer à moi-même un défi et qui pourrait servir à d’autres.
  • Je restais trop théorique, il fallait que je me mouille et l’histoire du défi répondait bien à ce besoin.

 

Accueillir ce qui est … concrètement

 

Combien de temps devrait durer cette expérience ?

J’aime tenir mes engagements.
J’ai eu peur de ne pouvoir tenir un défi trop long et je crois beaucoup aux progrès par étapes.
Un repère de 21 jours. On dit qu’il faut 21 jours pour changer un comportement. Cela dépend sans doute du degré de difficulté ou d’emprise de ce fameux comportement.
Mais ça m’allait bien, tenir 21 jours me semblait être un effort conséquent mais tenable.

Ce défi aura donc lieu du 13 septembre au 3 octobre 2018

 

Quelle forme cela prendra-t-il ?

 

Chaque jour, je vais inscrire sur un petit cahier ce que j’accueille de ma journée, 3 événements agréables et 3 événements plus difficiles.
Et sur facebook, je noterai l’un des 6, tous les jours sans exception (je veux bien partager, mais je ne suis pas non plus une starlette de télé-réalité : un événement par jour de mon intimité, c’est déja beaucoup !)

  • Ca doit rester très simple
  • Très important : cette communication ne doit être suivie d’aucun jugement, ni analyse ni commentaire.
  • Juste … accueillir ce qui est.

En cours de route, je verrai bien s’il y a des choses à réajuster, si je peux poster dans le même thème, d’autres apports.
Ceux qui veulent bien partager leurs propres expériences, même très brèves, seront les bienvenus.

C’est une tentative pour vivre mieux. Pour vivre tout simplement.
Car il est vain de vouloir changer ce qui ne peut pas l’être.

« Il n’y a qu’un chemin pour le bonheur, c’est de cesser de nous tracasser pour des choses qui ne dépendent pas de notre volonté »    Epictete

lâcher-prise
Image Pixabay

 

Merci d'avoir lu cet article. Pour en recevoir d'autres facilement, abonnez-vous gratuitement à l’Elisalettre, la missive consacrée à votre bien-être, à travers les yeux d’Elisabeth !

Et recevez en plus mes conseils directement dans votre boîte mail chaque mardi ! Si cela ne vous convient pas, vous pourrez vous désabonner en un clic.

5 Commentaires

  • Blandine
    le 14:33h, 13 septembre Répondre

    Quel beau défi Elisabeth ! Accueillir ce qui est, je crois que c’est le secret du bonheur ! A bientôt

    • Elisabeth Aubret
      le 15:08h, 13 septembre Répondre

      Alors, tu dis comme Epictete 😉
      Merci pour ton commentaire Blandine
      J’en profite pour indiquer ton blog : https://perledesens.com/
      où tu nous accompagnes vers plus de conscience.
      A bientôt !

  • Mireille
    le 14:59h, 13 septembre Répondre

    Bonjour Elisabeth
    Quelle sagesse j entends là.Quel défi aussi.Pourrais je te suivre?Cependant c est certainement le bon chemin,je le sens.A chaque jour suffit sa peine.En avant.Merci Elisabeth de me faire partager tout cela
    Arriver à accepter d une façon active…Ai Je bien compris?
    À Samedi cordialement

    • Elisabeth Aubret
      le 15:13h, 13 septembre Répondre

      Oui bien sûr Mireille que tu peux me suivre.
      Sur le défi, je me contente de décrire un état d’âme par jour, sans le juger. Je me sens ainsi et j’accueille.
      Et de mon côté comme je l’indique dans la vidéo, j’en note 6 sur mon petit cahier.
      Le but c’est de mettre en route un état d’esprit; pas de réussir à tous les coups. Heureusement sinon je devrais me désinscrire de mon propre défi 😉
      A samedi la joie de te revoir

  • Elisabeth Aubret
    le 06:45h, 14 septembre Répondre

    Bonjour à tous

    Comme vous pouvez le deviner, les médecins sont un peu dans le colimateur dans mon histoire.
    En admettant que l’échec de mon opération, c’est la faute à pas de chance comme ils disent
    Le moins qu’on puisse dire c’est qu’on n’a pas beaucoup écoutée. Mais c’étaient les vacances, on manque de personnel dans les hopitaux … et tout cela est vrai.

    Mais ce matin je reçois un mail de Sarah, qui est médecin et qui n’a pas pu publier en commentaire car il aurait fallu qu’elle s’accorde ce temps. Ce qu’elle ne fera pas car il y a trop de gens à aider. Je le fais donc pour elle ici :

    Oui, aujourd hui il fait un peu gris
    J ai envie de pleurer, c’est dur d’ »etre ». Je me sens aujourd hui comme un roseau qui plie, j ai de mauvaises nouvelles a annoncer, des vies qui basculent, des visages vers moi en attentes ,des sms d attentes..aujourd hui Il ne faut pas plier, je me devrai d etre solide et enveloppante …je serai, aujourd hui je crois que je ne ferai que être mais c’est parfois dur d accueillir toute la douleur
    Ce qui est aujourd hui , est douloureux, ce matin je prends le temps de respirer pour etre assez zen pour pouvoir « accueillir » ces regards pleins de peur
    La peur fait mal, je dois apprendre à la laissé glisser

    Aujourd hui je ne ferai que « etre »

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Indiquer votre site internet est optionnel.

Bienvenue sur votre chemin de vie !

Pour faire le parcours dans les meilleures conditions, je vous ai préparé un livret gratuit bien aidant : mon guide des 10 points de repère pour savoir vous orienter dès maintenant.

+ chaque semaine, des conseils et du soutien pour traverser les obstacles et garder le cap.